0 utilisateurs en ligne
IUCN Red List — Least Concern

Seps Rifain
Chalcides colosii Lanza, 1957

Par Francisco Jimenez-Cazalla

Mise à jour : 23/09/2012

Chalcides colosii

Spécimen adulte. Péninsule Tingitane. Photo: © Francisco Jiménez-Cazalla

Carte de répartition de Chalcides colosii

  Chalcides colosii

Carte de répartition de
Chalcides colosii
au Maroc.


Galerie multimédia: 7 photographies. [ENTRER]


Pour citer cette page :
Francisco Jimenez-Cazalla (2012): Chalcides colosii Lanza, 1957. Au: Martínez, G., León, R., Jiménez-Robles, O., González De la Vega, J. P., Gabari, V., Rebollo, B., Sánchez-Tójar, A., Fernández-Cardenete, J. R., Gállego, J. (Eds.). Moroccoherps. Amphibiens et reptiles du Maroc et au Sahara occidental.
Disponible à www.moroccoherps.com/fr/ficha/Chalcides_colosii/. Version 23/09/2012. Consulté le 28 May 2017.

Pour citer www.morocoherps.com en comme un tout :
Martínez, G., León, R., Jiménez-Robles, O., González De la Vega, J.P., Gabari, V., Rebollo, B., Sánchez-Tójar, A., Fernández-Cardenete, J.R., Gállego, J. (Eds.). Moroccoherps. Amphibiens et reptiles du Maroc et Sahara occidental.
Disponible à www.moroccoherps.com. Consulté le 28 May 2017.


Description

Chalcides colosii

Détail de la tête. Rif. Photo: © G. Booth-Rea.

Scinque de taille petite à moyenne, dont la longueur tête-corps varie approximativement de 64 à 114 mm., avec une moyenne d'environ 85 mm. (Schleich et al., 1996, Mateo et al., 2003). Extremités petites y avec cinq doigts. Tête large avec museau arrondi. Ecailles dorsales lisses, brillants, dans un nombre entre 30 et 33 autour du corps (Mateo et al., 2003). Pholidose céphalique semblable à d'autres espèces du group ocellatus, avec une ecaille frontale large et 4 supralabiales avant la suboculaire.

Coloration dorsale brun, avec deux bandes longitudinales noires sur les côtés du corps allant de la tête vers l'arrière. Entre ces bandes et le dos apparaît une autre bande plus claire, souvent de couleur d'or pas très brillant. Extremités généralement plus foncées que le dos. Présente habituellement écailles labiales plus ou moins tachées de blanche, ces taches s'étendant à la caisse du tympan. Jeunes individus peuvent avoir ocelles plus ou moins visibles. Dans les populations de l'Est ils ont a tendance à être de couleur uniforme, avec individus qui n'ont pas les bandes latérales noires, ou lorsque ces bandes sont réduits à la tête et du cou (Mateo et al., 2003).

Écologie et comportement

C'est une espèce diurne, mais d'activité crépusculaire a eté cité à l'été (Schleich et al., 1996). Il a une grande vitesse et agilité, ce qui lui permit d'échapper efficacement en cas de peril. Pas de références ont été trouvés sur la nourriture, ou le cycle annuel de reproduction dans la littérature.

Chalcides colosii

Spécimen juvénile. Entre Bou-Ahmed et Torres de Alcala. Rif. Photo: © Francisco Jiménez-Cazalla.

Répartition, habitat et abondance

Endémique de la région du Rif. Leur présence est connue de Tanger à la périphérie de Melilla, et au sud jusqu'à Ouezzane (Bons & Geniez, 1996, Mateo et al., 2003). Il vit principalement dans les étages bioclimatiques humide et subhumide, et généralement n'est pas présent dans les zones à pluviométrie inférieure à 600 mm par an. Dans la Station Biologique de Doñana sont conservés plusieurs spécimens de Melilla, de sorte qu'il est également inclus dans l'étage semiaride. Altitudinally, est présente du niveau de la mer à 1500 m. (Fahd & Pleguezuelos, 1996).

Il se trouve souvent dans les milieux forestiers, en évitant les zones trop fermées et préférant les marges, et les zones ouvertes, souvent sur des pentes et de sols pierreux ; est également cité dans les jardins, maquis et forêts-galeries (Fahd & Pleguezuelos, 1996). Cette espèce a été trouvée dans les ruines sur la plage située à quelques mètres de l'eau dans une zone rocheuse avec peu de végétation (Jiménez-Cazalla, obs. pers.).

Des exemples de l'habitat où l'espèce a été trouvée. De haut en bas:
Tingitane péninsule. Détail de l'habitat typique: liège clair. Zone côtière du Rif.
Photos: © Francisco Jiménez-Cazalla.

La déforestation et le surpâturage entraîne l'isolement et la régression de leurs populations dans une grande partie de leur limitée répartition (Pleguezuelos et al., 2002, Mateo et al., 2003).

Références

  • Bons, J. y Geniez, P. 1996. Anfibios y Reptiles de Marruecos (Incluido Sahara Occidental). Atlas Biogeográfico. Asociación Herpetológica Española. Barcelona. 319 pp.
  • Fahd, S. y Pleguezuelos, J.M. 1996. Los Reptiles del Rif (norte de Marruecos), I: Quelonios, Saurios. Revista Española de Herpetología, 10: 55-8
  • Mateo, J.A.; Pleguezuelos, J.M.; Fahd, S.; Geniez, P. y Martínez–Medina, F.J. 2003. Los Anfibios, los Reptiles y el Estrecho de Gibraltar. Un ensayo sobre la herpetofauna de Ceuta y su entorno. Instituto de Estudios Ceutíes. Ceuta. 388 pp.
  • Mateo Miras, J-A.; Joger, U.; Pleguezuelos, J.; Slimani, T. y Martínez-Solano, I. 2008. Chalcides colosii. In: IUCN 2010. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2010.4. <www.iucnredlist.org>. Downloaded on 14 March 2011.
  • Pleguezuelos, J. M.; Márquez, R. y Lizana, M. 2002. Atlas y Libro Rojo de los Anfibios y Reptiles de España. Dirección General de Conservación de la Naturaleza. Ministerio de Medio Ambiente. 585 pp.
  • Schleich, H.H.; Kästle, W. y Kabisch, K. 1996. Amphibians and Reptiles of North Africa. Biology, Systematics, Field Guide. Koeltz Scientific Books. 630 pp.

Tous les contenus © 2011-2015 www.moroccoherps.com. Le copyright pour les textes, images et autres médias sur www.moroccoherps.com appartient aux auteurs, photographes et autres artistes qui ont créé ces matériaux, et ne peuvent pas être utilisés sans l'autorisation des ayants-droits.
Web design, développement et maintenance: Javier Gállego.