0 utilisateurs en ligne
IUCN Red List — Vulnerable

Salamandre Algire
Salamandra algira Bedriaga, 1883

Par Wouter Beukema

Mise à jour : 9/09/2015

Salamandra algira

Salamandra algira. Ketama. Photo: © Juan Pablo González de la Vega.

Carte de répartition de Salamandra algira

  S. a. tingitana

  S. a. algira + ssp.

  S. a. spelaea

Carte de répartition de
Salamandra algira
au Maroc.


Galerie multimédia: 15 photographies. [ENTRER]


Pour citer cette page :
Wouter Beukema (2015): Salamandra algira Bedriaga, 1883. Au: Martínez, G., León, R., Jiménez-Robles, O., González De la Vega, J. P., Gabari, V., Rebollo, B., Sánchez-Tójar, A., Fernández-Cardenete, J. R., Gállego, J. (Eds.). Moroccoherps. Amphibiens et reptiles du Maroc et au Sahara occidental.
Disponible à www.moroccoherps.com/fr/ficha/Salamandra_algira/. Version 9/09/2015. Consulté le 24 Apr 2017.

Pour citer www.morocoherps.com en comme un tout :
Martínez, G., León, R., Jiménez-Robles, O., González De la Vega, J.P., Gabari, V., Rebollo, B., Sánchez-Tójar, A., Fernández-Cardenete, J.R., Gállego, J. (Eds.). Moroccoherps. Amphibiens et reptiles du Maroc et Sahara occidental.
Disponible à www.moroccoherps.com. Consulté le 24 Apr 2017.


Description

Le genre Salamandra a été mentionné pour la première fois en Maroc par Boulenger (1890), basé sur un matériel prélevé de « Benider Hills » près de Tanger. Les suivants collectionneurs n'ont pas pu vérifier cette affirmation, qui a conduit à des doutes sur la présence effective de Salamandra au Maroc (par exemple Hediger, 1935 et références incluses). Vers le milieu du XXe siècle, cependant un nombre considérable de documents avaient été publiés (Pasteur et Bons, 1959), bien que l'information sur S. algira restée particulièrement rares. Des publications récentes ont fourni des milieux détaillés de la distribution, le comportement reproductif et la taxonomie actualisée (Donaire-Barroso et Bogaerts, 2001; Donaire-Barroso et al 2001;. Bogaerts & Donaire-Barroso, 2003; Donaire-Barroso et Bogaerts, 2003; Bogaerts et al., 2007). Salamandra algira a été divisé en deux sous-espèces par Donaire-Barroso et Bogaerts (2003), par séparation de S. a. tingitana de celui S. a. algira. Escoriza et al. (2006) ont redécouvert S. algira au Beni Snassen Massif nord-est, et par la suite décrit la population comme S. a. spelaea fondée sur des preuves mitochondrial et morphologiques (Escoriza et Mar Comas, 2007). Les populations des montagnes du Rif et du Moyen Atlas représentent un taxon encore non décrit (Steinfartz et al. 2000).

Individuo melánico de Salamandra algira tingitana

Individu mélanique de Salamandra algira tingitana.
Photo: © Philip de Pous.

Salamandra algira tingitana se caractérise par un manque de rouge et par un faible degré de coloration jaune qui diminue à mesure que les individus seront matures. Individus mélaniques ne sont pas rares dans cette sous-espèce. Les populations de S. a. ssp. des montagnes du Rif sont caractérisées par une grande quantité de coloration rouge, qui se produit dans une moindre mesure dans les populations des montagnes du Moyen Atlas. Salamandra algira spelaea se caractérise par une faible quantité de coloration rouge, et montre parfois des points blancs dans les zones latérales, gulaire et ventrale qui a également été décrite à partir de populations proches de l'Algérie (Escoriza et Mar Comas, 2007).

Salamandra algira ssp.

Salamandra algira ssp. Rif.
Photo: © Philip de Pous.

Salamandra algira spelaea.

Salamandra algira spelaea, male. Beni Snassen.
Photo: © Daniel Escoriza.

Écologie et comportement

L'activité de S. algira est limitée aux zones humides et à des nuits pluvieuses au cours de laquelle les individus viennent à la surface pour se nourrir et se reproduire. Pendant la journée, et en dehors de la saison d'activité, S. algira reste caché sous des bûches, des roches ou des matériaux de surface similaires. La période d'activité de S. a. tingitana a lieu en hiver, tandis que l'activité des autres populations de S. algira se limite essentiellement aux printemps et en automne, car ceux-ci vivent à des altitudes plus élevées. Les larves des populations ovovivipares sont déposées dans les sources, les ruisseaux et les étangs pendant l'automne.

Salamandra algira Salamandra algira tingitana

À gauche: Larves de Salamandra algira ssp. Park National de Talassemtane. Photo: © Stefano Doglio.
À droite: Salamandra algira tingitana, juste métamorphosé. Rif. Photo: © Wouter Beukema.

Répartition, habitat et abondance

L'apparition de Salamandra algira au Maroc est limitée à des chaînes de montagnes humides du nord et du centre du pays. Populations vivipares de S. a. tingitana habitent sur la face méditerranéenne des chaînes montagneuses de la péninsule Tingitana, tandis que les populations ovovivipares occupent la face atlantique de l'Ouest de la chaînes (Beukema et al., 2010).

Hábitat de Salamandra algira

Habitat de Salamandra algira tingitana. Rif.
Photo: © Wouter Beukema.

Salamandra algira ssp. se passe dans les montagnes du Rif et du Moyen Atlas où il peut atteindre des densités élevées dans un habitat convenable composé de forêts matures et humides, des ruisseaux et des affleurements rocheux. Salamandra algira spelaea n'a jusqu'ici été trouvé qu’entre 600-1300 m dans le massif des Beni Snassen, occupant des affleurements de calcaire et les sols de granit dans les divers types de forêts qui apparaissent entre ces chaînes montagneuses aux dénivelés, souvent à proximité de plans d'eau. Seuls quelques individus de cette sous-espèce ont été trouvés jusqu'à ce jour.

Hábitat de Salamandra algira

Habitat de Salamandra algira spelaea. Beni Snassen Massif.
Photo: © Wouter Beukema.

Traduit de l'anglais par Amal Habassi.

Références

  • Beukema, W., De Pous, P., Donaire, D., Escoriza, D., Bogaerts, S., Toxopeus, A.G., De Bie, C.A.J.M., Roca, J. & Carranza, S. 2010. Biogeography and contemporary climatic differentation among Moroccan Salamandra algira. Biological Journal of the Linnean Society, 101: 626–641.
  • Bogaerts, S. & Donaire-Barroso, D. 2003. Sobre el politipismo en Salamandra algira Bedriaga, 1883. Boletín de la Asociación Herpetológica Española, 14: 47–51.
  • Bogaerts, S., Valkenburg, K., Donaire-Barroso, D. &Espallargas, G. 2007. New localities of the North African fire salamander (Salamandraalgira) at the southern limit of it’s distribution in Morocco. ZeitschriftfürFeldherpetologie, 14: 238–241.
  • Boulenger, G.A. 1890. Catalogue of the Reptiles and Batrachians of Barbary (Morocco, Algeria, Tunisia) based chiefly upon the Notes and Collections made in 1880-1884 by M. Fernand Lataste. Transitions of the Zoological Society of London, 13: 93–164.
  • Donaire-Barroso D. & Bogaerts S. 2001. Observations on viviparity of Salamandraalgirain North Morocco. In: Lymberakis, P., Valakos, E., Pafilis, P. & Mylonas, M. (eds), Herpetologica Candiana. Natural History Museum of Crete, Irakleio, Crete, pp. 147–151.
  • Donaire-Barroso, D., Bogaerts, S. & Herbert, D. 2001. Confirmación de desarrollo larvario completo intrauterino en Salamandra algira (Bedriaga, 1883) del Noroeste de Marruecos. Butlletí de la Societat Catalana d’Herpetologia, 5: 107–110.
  • Donaire-Barroso, D. & Bogaerts, S. 2003. A new subspecies of Salamandraalgira Bedriaga, 1883 from northern Morocco. Podarcis, 4: 84–100.
  • Escoriza, D., Comas, M.M., Donaire, D. & Carranza, S. 2006. Rediscovery of Salamandra algira Bedriaga, 1883 from the BeniSnassen massif (Morocco) and phylogenetic relationships of North African Salamandra. Amphibia-Reptilia, 27:448–455.
  • Escoriza, D. & Comas, M.M. 2007. Description of a new subspecies of Salamandra algira Bedriaga, 1883 (Amphibia: Salamandridae) from the BeniSnassen massif (Northeast Moroco). Salamandra, 43: 77–90.
  • Hediger, H. 1935. Herpetologische Beobachtungen in Marokko. Verhandlungen der Naturforschenden Gesellschaft in Basel, 46: 30–31.
  • Pasteur, G. & Bons, J. 1959. Les Batraciens du Maroc. Travaux de l'Institut Scientifique Chérifien, Serie Zoologique, Rabat, 241 pp.
  • Steinfartz, S., Veith, M. & Tautz, D. 2000. Mitochondrial sequence analysis of Salamandra taxa suggests old splits of major lineages and postglacial recolonization of Central Europe from distinct source populations of S. salamandra. Molecular Ecology, 9: 397-410.

Tous les contenus © 2011-2015 www.moroccoherps.com. Le copyright pour les textes, images et autres médias sur www.moroccoherps.com appartient aux auteurs, photographes et autres artistes qui ont créé ces matériaux, et ne peuvent pas être utilisés sans l'autorisation des ayants-droits.
Web design, développement et maintenance: Javier Gállego.